Le pétrole coule à flots, pour le meilleur et parfois pour le pire (Le devoir, 13 juillet 2013)

Le pétrole coule à flots, pour le meilleur et parfois pour le pire (Le devoir, 13 juillet 2013)

“Après la catastrophe de Lac-Mégantic, les multinationales derrière les projets d’oléoducs vont peut-être avoir plus de facilité à convaincre les décideurs de la pertinence de développer ce réseau de transport, solution de rechange à la multiplication des convois ferroviaires.”

Advertisements

Le train de la mort roule encore, Nicolas Falcimaigne, 11 juillet 2013

Le train de la mort roule encore, Nicolas Falcimaigne, 11 juillet 2013

“Solidarité, compassion, incompréhension, sensationnalisme, indignation, blâme, déni, capital politique. Le drame qui a dévasté Lac-Mégantic samedi ne laisse personne indifférent. Certains poussent l’indécence jusqu’à récupérer la tragédie et en faire un argument en faveur des projets de pipeline! Mais le problème n’est pas le moyen de transport. La réalité, c’est que samedi, au Québec, pendant que nous dormions, le pétrole a tué. Et le train de la mort roule encore.”

Lire la suite : http://www.journalensemble.coop/article/2013/07/le-p-trole-tu/396

Traduction du communiqué de l’occupation de la station de pompage d’Enbridge à North Westover, au sud de l’Ontario, en opposition à la ligne 9

Image

Swamp Line 9! Bloquer l’expansion de la ligne 9 d’enbridge

Site web de l’occupation:

http://swampline9.tumblr.com/

 

hashtag:#swampline9

 

20 juin 2013

Au moment de publier ce message, nous occupons la station de pompage North Westover de Enbridge, dans le marais Beverly (http://hamiltonline9.wordpress.com/the-beverly-swamp/).

Nous avons ainsi interrompu les travaux de construction préliminaires à l’inversion de la ligne 9, un oléoduc qui transportera du pétrole issu des sables bitumineux de l’Alberta destiné à l’exportation, traversant nos communautés et nos bassins versants.

Ça fait un an que, dans nos communautés du sud de l’Ontario, nous informons les gens du projet d’inversion de la ligne 9. Ces informations inquiétantes on amenées dans nos communautés un désir, au minimum, de faire entendre notre opposition à ce projet. Nous avons rapidement réalisé que le jeu était truqué : le parti politique qui doit le plus de faveurs à l’industrie pétrolière a pris des mesures extraordinaires pour enlever les obstacles habituels (comme les évaluations d’impacts environnementaux) pour la ligne 9 et pour d’autres projets de pipelines. Pour les puissants l’autorisation pour la ligne 9 est déjà tenue pour acquise. Ajoutant l’injure à l’insulte, ils ont offert au public des opportunités pour s’engager et s’exprimer, mais celles-ci sont les plus insignifiantes possibles.

On sait bien que même avec une étude d’impact environnemental, ce projet se ferait quand même. Le fédéral a simplement eu la courtoisie de nous signaler qu’ils s’en câlissent de ce que les gens pensent. Nous n’avons aucune illusion au sujet des procédures habituelles de consultation et d’évaluation, mais quand même, le mépris pour ces procédures nous semble être le déclencheur de cet évènement exceptionnel : la présente occupation d’un site de construction.

Sans aucune autre option pour exprimer son désaccord, l’action directe devient une option évidente, même pour les gens les plus respectueux de la loi. Peut-être qu’on devrait même remercier le gouvernement fédéral pour avoir, en supprimant l’étape dérisoire de la consultation publique, démontré clairement qu’il n’y a pas de débat sur les pipelines- il n’y a qu’une lutte contre eux.

Nous bâtissons notre camp sur la propriété d’Enbridge, au milieu des marais Beverly, la plus grande zone forestière humide du sud de l’Ontario. La santé de cette zone humide est cruciale pour le ruisseau Spencer, qui alimente Cootes Paradise, le beau marais qui ferme le lac Ontario à l’ouest. Protéger l’eau est essentiel, vital : une fois que l’eau est empoisonnée, c’est irréversible.

Cette région a été volée aux autochtones : c’est le territoire traditionnel des Chonnonton, des Anishinabec Mississagi et des Onondawaga Haudenosaunee. Cet oléoduc traverse le territoire de dizaines de nations autochtones, incluant le territoire des Six Nations de Grand River, qui sont une inspiration dans leur résistance à la ligne 9.

Selon Missy Elliot, de Six Nations : « Le problème avec la ligne 9, c’est que ça traverse notre territoire et que Enbridge ne nous a pas consultés, ne nous a même pas parlé. Ce qui est bon pour la terre est aussi ce qui est bon pour notre peuple. Nous devons protéger le territoire, ce n’est pas qu’un projet secondaire pour nous, nous devons protéger notre futur. C’est notre responsabilité ».

Si vous voulez nous appuyer, passez nous voir! Un kiosque d’information sera maintenu à l’entrée de la route de North Westover sur Concession 6 West, juste à l’ouest de Westover Rd, à Flamborough. Les dons de nourriture, équipement de camping, argent, ou tout ce que vous pensez être utile sont bienvenus. On vous encourage aussi à vous joindre à nous, juste pour quelque heures ou pour quelques jours. Nous appelons aussi nos supporters à un rassemblement dans le parc en face de nous sur Concession 6 à 11h, vendredi 21 juin, pour démontrer votre support à l’occupation et réclamer l’annulation de l’inversion de la ligne 9.

Swamping Enbridge at every turn,

-Hamilton Line 9

Pour des mises à jour :

Le site de l’occupation:

http://swampline9.tumblr.com/

Hamilton Line 9 :

http://hamiltonline9.wordpress.com/

Email: hamiltonline9@hushmail.com

“Tar Sands Come to Ontario”, de Rachel Deutsch, traduction par Média Recherche Action (http://www.mediarechercheaction.info)

Une vidéo de 13 minutes sur le pipeline qui transporterait des sables bitumineux de Sarnia à Montréal.

24 au 29 juin: première semaine d’actions contre l”énergie extrême’ aux États-Unis

24 au 29 juin: première semaine d’actions contre l”énergie extrême’ aux États-Unis

Fearless summer (l’été sans peur): site de coordination d’actions contre ‘l’énergie extrême’ (les gaz de schiste, les pipelines, la fracturation hydraulique (fracking),  mine à déplacement de sommet (mountaintop removal mining) à publié un calendrier d’actions indépendantes prévues pour cet été, pour un mouvement national à travers les états-unis.

 

De quoi s’inspirer, construire et amplifier notre mouvement…

trans-canada has a “culture of non-compliance”

trans-canada has a “culture of non-compliance”

Un ingénieur ayant travaillé pour TransCanada, la compagnie derrière le projet Keystone XL, déclare devant le comité sénatrial permanent sur l’énergie, l’environnement et les ressources naturelles que la compagnie ne respecte pas les procédures de sécurité en vigueur, malgré ses avertissementsrépetés et ceux d’autres collègues. La culture de l’entreprise en est une de “non-respect des codes et règlemenents en vigueur, pour des raisons politiques et économiques” (ma traduction).

Selon son témoignage, ce mode de fonctionnement fait craindre des risques sérieux pour la sécurité du public  et l’office national de l’énergie n’applique ses règlements que sur une base volontaire, ce qui ne fait rien pour améliorer la situation.